Afficher le menu
Information and comments (1)

Info:
Unfortunately no additional information has been added for this RP.

[RP] Jeu de dés, destiné !

Charline_
La patte de velours de la voleuse enserrant le poignet de sa proie, Charline emmena tranquillement sa proie du soir vers un lieu reculé de Dijon. Le but était de trouver un terrain de jeu tranquille, où personne ne viendra les déranger. Fréquemment, elle jetait un coup d'oeil au chevalier qui l'accompagnait, pour être certaine qu'elle suivait bien le mouvement. Quand leur regards se croisaient, Cha' offrait un sourire discret.

Le tout était de ne pas faire fuir son invitée, et pour la peine elle avait pris soin de bien préparer le terrain, quelques heures plus tôt. Ainsi, elle avait appris quelques trucs sur la blonde qui l'accompagnait. Héritière d'une petite fortune, droite et intransigeante avec la morale et l'éthique, croyante, fière. Autant d'informations que la voleuse gardait en mémoire, prête à s'en servir.
Pour ce qui est de lui extorquer des fonds, la voleuse avait offert quelques paris sans intérêt à Gloria. C'est ainsi que l'on ferre le poisson : on lui fait croire qu'il peut gagner, que le jeu est juste et honnête.

Pour ce coup là, Charline n'avait pas beaucoup de craintes. Gloria semblait de celles qui dépensent sans trop compter. Du moins tant que l'on y va doucement. Elle prête volontiers ses affaires, elle a prouvée qu'elle avait confiance en Cha', alors même que celle-ci était nouvelle dans sa vie. Et pour le coup, c'était une aubaine que la voleuse ne comptait pas laisser passer.

C'est ainsi que le chevalier est guidé à travers rues et ruelles de Dijon, afin de rejoindre un bâtiment éloigné à l'allure d'ancienne taverne abandonnée. La devanture un peu en ruine ne payait pas de mine, et pourtant, Charline poussa la porte de sa main libre comme si elle était chez elle. A l'intérieur, Quelques hommes étaient attablés à droite et à gauche, tous entrain de jouer. Au fond, un comptoir, avec un homme court sur pattes, à l’embonpoint très prononcé.

Celui-ci adressa un bref signe de tête à la joueuse, qui guida sa proie vers une table encore vide et disponible.


Si ma dame veut bien prendre la peine de s'installer... J'imagine que ce n'est guère le genre de lieu que vous appréciez fréquenter, mais puisque vous souhaitez me faire découvrir les joies de votre foi, laissez moi vous faire découvrir les joies du jeu. Nous serons plus tranquilles ici que dans une taverne municipale où l'on pourrait nous juger.

Et surtout, ici, personne ne viendra l'accuser de tricherie. D'ailleurs, après avoir invité Gloria à prendre place, Cha' déposa une bourse de velours sur la table, qu'elle renversa pour laisser six dés en sortir, dont quatre sont pipés. Les quatre dés pipés sont lestés de manière pratiquement imperceptible sur certaines faces pour que la probabilité de voir les faces opposées apparaître augmente. Enfin, chaque dé, à l'apparence usé, sont reconnaissables par Charline qui a l'habitude de les utiliser, les marques d'usures n'étant pas uniformes.

Je vous laisse choisir les votre, prenez en trois. Connaissez vous le jeu du menteur? L'on lance trois dés chacune, cachés dans un gobelet. Vous voyez vos trois dés, je vois les trois miens. Puis vous pariez sur le nombre de fois qu'une face apparaît parmi tous nos dés. Eivdemment, la seconde personne qui parle ne peut que surenchérir, pas diminuer le nombre. Si vous pensez qu'il y a trois fois la face six qui tombe, je ne peux poursuivre en disant qu'il n'y en a que deux. Par contre, je peux vous accuser de menteuse. Et si j'ai raison, vous perdez. S'il y a au moins trois faces six, vous gagnez.

C'est simple, n'est-ce pas ? Nous allons faire une partie sans pari, pour être certaine que vous compreniez bien les règles.


Charline offrit un sourire charmeur à son invitée. Mordra-t-elle à l'hameçon ? Allez savoir...

Et pendant que vous assimilez les règles, je vais aller nous chercher à boire. Que désirez vous boire, ma dame ?

Et une fois les commandes prises, cha' s'éloigna de sa démarche féline, le temps de rejoindre le comptoir et d'échanger quelques mots avec le tenancier qu'elle connait de loin. Quand on est une voleuse, une joueuse, et une arnaqueuse qui parcours les chemins, on a toujours intérêt à connaitre les bons coins et les bonnes personnes. D'ailleurs, la voleuse en profita pour revendre quelques informations glanées plus tôt, et elle pu revenir vers Gloria avec les boissons, et quelques écus supplémentaires en poche...
Gloria.fechter
D'après ses dires, Charline vagabondait sur les routes sans destination précise. Une jeune femme esseulée foulant les sentiers sans réel moyen de se défendre et donc à la merci des malandrins environnant: voilà comment Gloria percevait les choses. De plus, au fur et à mesure de la conversation, la blonde avait senti une pointe d'acédie dans l'attitude de la brune, la Nonne ne pouvait laisser un agneau s'égarer de la sorte. L'aspirante chevalier se devait de sauver cette âme en perdition. Tel était son devoir.

Tandis qu'elles cheminaient dans les rues dijonaises, la Fechter glissait de doux regards à son acolyte. Elle la trouvait d'une compagnie fort agréable à l'oeil et au comportement: gracile, souriante, mutine. Charline avait su flatter l'égo et attiser la curiosité de la jeune femme pour provoquer sa sympathie et même son intérêt. Le marché entre les deux était simple, Gloria veillerait à escorter son interlocutrice jusqu'à ce qu'elle se trouve en sécurité tandis que celle-ci trouverait à les distraire durant leur trajet. Un dernier point, très important pour la Nonne, Charline devrait assister à l'Office du dimanche au moins une fois. La blonde était certaine qu'après cela, sa connaissance y retournerait assidûment de son propre chef.

Quand Charline la mena dans les recoins de la ville, la Fechter tiqua. Pour une voyageuse, elle connaissait bien les parages. Puis arrivée devant la taverne délabrée, les sourcils blonds se froncèrent un instant. Cela ressemblait à un traquenard. Pourtant, ne voulant juger hâtivement, elle se raccrocha au sourire charmeur de la brune et en s'appuyant sur la confiance qui s'établissait entre elles, elle pénétra dans l'établissement.

Vêtue de son armure rutilante, Prudentia à la garde, les regards se braquèrent sur sa personne le temps que Charline la guida jusqu'à une tablée. Vrai que la Fechter dénotait dans ce rade et cela l'incommoda avant que son interlocutrice happe de nouveau son attention. Les iris de jais se rivèrent sur la poignée de dés alors que les oreilles écoutaient attentivement les règles du jeu à venir.

La Nonne n'était pas joueuse ou du moins, elle n'en avait jamais eu l'occasion. Le défi l'excitait et après les quelques paris menés tantôt, aujourd'hui semblait être un jour de chance. L'oeillade charbonneuse se posa sur la démarche féline, le rouge lui vint aux joues pour une raison qui lui parut obscur. La blonde se reconcentra sur les cubes d'apparence usés en tentant d'assimiler les règles. Elle n'avait pas de question sur celles-ci et se contenta de patienter doigts entrecroisés devant les dés.

Une coupe de vin pour Gloria, une bière pour Charline, les pupilles noires la raccompagnèrent jusqu'à ce qu'elle lui fasse face puis elles sourirent en écho, les contenants s'entrechoquant. L'aspirante chevalier se saisit d'un gobelet vide, choisit trois dés sans réelle attention puis plaqua sa paume sur le pourtour du contenant pour emprisonner les cubes à points à l'intérieur. Elle secoua un instant le tout puis reposa le tout en commentant avec un brin d'excitation dans la voix:


Allons-y!

Plaquée au fond de son siège, la Nonne releva le gobelet entre ses paumes à l'abri des regards indiscrets. Deux, Trois et Cinq. Expressive, les traits de la blonde se brouillèrent de confusion. Après un moment d'hésitation, elle lança:

Trois Cinq.

La senestre sur le gobelet renversé, la dextre approchant la coupe de vin aux lèvres rosées, Gloria extirpa une gorgée de vin puis grimaça. Décidément, l'endroit n'était pas recommandable pour sa boisson non plus.
_________________
Charline_
Tout en revenant, la féline fît mine de ne pas remarquer le regard de Gloria, peu discret, qui coulait sur elle. Inutile de préciser que cela plaisait à la jeune voleuse d'être le centre d'intérêt d'un chevalier en devenir. Et surtout, d'une héritière... Mais le but n'était pas de confronter Gloria avec sa nature déviante enfouie, pas tout de suite. D'autant plus qu'elle semble si pieuse qu'elle aura probablement du mal à admettre ce matage en règles.

Non, Charline se contenta d'observer ce qu'il se passait sur les tables alentours pour éviter de croiser le regard de son invitée. Elle nota l'homme, accoudé à la première tablée, qui battait les cartes de manière à ne jamais les mélanger. Peu importe combien de temps il passait dessus, la suite de couleurs et de chiffre restera la même. Son adversaire par contre n'y voyait que du feu. Pauvre hère qui allait se faire plumer.

Plus loin, d'autres joueurs jouaient également cartes sur table. Etant donné le regard complice que s'échangèrent la femme et son voisin de droite pendant que la troisième personne était occupée à regarder ses propres cartes, c'était probablement un deux contre un qui s'engageait là bas.
Mais est-ce vraiment de la triche, si personne ne le remarque ?

Et était-ce de la triche, si Gloria et Charline usaient de dés qui n'étaient pas équilibrés ? Après tout, aucune règle ne spécifiait que les cubes devaient offrir la même probabilité de tomber sur chaque face. La chapardeuse n'avait rien dit de tel, et la nonne n'avait rien demandée, acceptant donc tacitement les règles de Charline.

Reprenant place, Cha' ramassa ses propres dés, ceux qui avaient été laissés par Gloria. Ceux-ci sont jetés sous le gobelet instantanément, puis secoués. Avant d'en vérifier le contenu, la brune porta tranquillement sa mousse à ses lèvres, tout en observant Gloria par dessus.

Elle connaissait déjà l'issu du jeu. Evidemment. Gloria avait ramassée 2 dés truqués, ce qui en laissait deux pour elle. C'est équilibré, comme toute chose devrait être... Sauf le poids des dés.
Techniquement, Cha' possédait deux dés dont la probabilité de tomber sur un 3 était augmentée.
La chevalier avait un dé pour la face 3 également, et un dé pour la face 5.

Bien sûr, il y avait toujours un risque que les cubes de bois ne donnent pas le résultat escompté. La probabilité n'est jamais de cent pour cent, évidemment. Sinon, on l'accuserait bien vite de tricherie.

A l'annonce de Gloria, Charline étira un fin sourire. Elle jugea que le cinq truqué avait bel et bien donné cinq. Et ensuite ? Peut-être le dé normal avait-il aussi donné un cinq. Sans observer ses propre dés, elle adressa une mine joueuse à son interlocutrice, et lança, l'air de rien...


Trois cinq sur six dés ? Vous placez la barre haute, et je gage que vous mentez.

Charline ne regarda pas ses dés une seule fois. Elle souleva simplement son gobelet, dévoilant : trois, trois et cinq. Sans se départir de son sourire, elle invita Gloria à suivre le mouvement.

Mentiez vous ? C'est un vilain défaut, pour un chevalier.

Maîtresse de ses émotions, habituée à jouer, l'idée ici était d'afficher une mine suffisamment joueuse sur son visage, ainsi qu'une prestance digne d'une professionnelle, pour instiller le doute en Gloria. Dans un jeu de bluff, l'hésitation est toujours fatale. L'ascendant psychologique est bien souvent plus utile encore que la chance...
Gloria.fechter
Intriguée par la joueuse et excitée pour le jeu ou vice-versa, Gloria ne remarquait pas les manigances se tramant tout autour d'elle. Parfois un éclat de voix ou un rire un peu bruyant la sortait de ce nouveau monde mais en soit rien ne pouvait vraiment la déstabiliser sinon Elle. L'ambiance de la taverne à l'écart, pour les fins connaisseurs et autres habitués, pensa la blonde, était propice aux jeux. Les tables étaient bien disposées pour accueillir des groupes variés de joueurs. Certains battaient des cartes, d'autres lançaient des dés ou réfléchissaient à disposer des galets, le plus intriguant restait les jeux de billes. L'alcool n'étant pas très bon, du moins le vin, faisait qu'on ne venait pas ici pour boire un verre ou se saouler bêtement.

Mais tout ceci, la Fechter n'y prêta pas non plus attention. Elle était occupée à compter les possibilités de combinaison, à parier sur sa chance du jour. Pour elle, le jeu n'était que du hasard et peut-être que le hasard ferait bien les choses. Les probabilités étaient conséquentes, comment pouvait-elle réellement deviner voir même prévoir le résultat de six dés?! Tout semblait une question de chance pour son petit bonheur...


Trois cinq sur six dés ? Vous placez la barre haute, et je gage que vous mentez.

L'oeillade glissa des traits féminins aux cubes à points dévoilés. L'aspirante chevalier ne put retenir sa grimace. Mince, elle avait perdu! Elle aurait dû parier sur le trois!

Mentiez vous ? C'est un vilain défaut, pour un chevalier.

La main pale se souleva en tenant le godet pour afficher son résultat, la grimaçe s'accentuant en une mine penaude.

Je...mentais, en effet...

Drôle de sensation de prononcer ce genre de phrases. C'était la première fois de sa vie qu'elle mentait mais pour se l'avouer intérieurement, à voir le sourire de vainqueur de la brune, cela lui plaisait.

Je pense avoir compris les règles, que voulez-vous gager pour la soirée Charline?

Maintenant que le jeu allait vraiment débuter, il fallait miser sur la vérité.
_________________
Charline_
Avec satisfaction, Charline constata le résultat. Elle ne s'était pas trompée. En même temps, c'est plus facile de ne pas se tromper quand on connait les deux tiers des résultats. La chance n'avait désormais plus grand chose à voir avec le jeu. Est-ce moins amusant de tricher ? surement pas. Ce qui importe, ce n'est pas l'incertitude, c'est le gout du risque. Le risque de se faire prendre. Quand elle triche, quand elle vole, quand elle commet des interdits quels qu'ils soient...

Alors désormais Charline exulte intérieurement de voir la grande et fier chevalier être réduite à une petite souris entre ses griffes. Et pourtant, il suffirait qu'elle capte. Qu'elle remarque que les faces sont souvent les mêmes, qu'elle remarque l'imperceptible différence de poids entre les deux dés truqués qu'elle a, et celui qui n'est pas truqué. Il suffirait qu'elle observe ce qui l'entoure en ce lieu, pour se rendre compte que tout le monde triche et que Charline se fond parfaitement dans le décor.

Mais la patte de velours garde jalousement le regard de Gloria pour elle. Elle attire l'attention, par un sourire charmeur, un regard doux, un petit geste ici et là, pour rester le centre du monde de Gloria, au moins le temps de cette soirée.


Et bien, et bien... Pourquoi ne pas commencer par parier la commission de votre escorte ? Si je gagne, vous me protégez gratuitement jusqu'à la frontière. Ce qui équivaut à quelques jours de marche, rien de bien long.
Si vous gagnez, je m'engage à vous payer le double de ce que demanderais une telle escorte, ou bien à vous offrir mes services jusqu'à ce que la dette soit payée. Qu'en dites vous ?


Et pendant qu'elle parle, la féline secoue le gobelet, les cubes à l'intérieur. Le regard perçant s'ancre dans celui de la blonde quelques instants, puis se baisse pour voir ses dés. trois, trois et quatre. Un large sourire satisfait s'affiche alors sur son visage. Sourire largement trop voyant, que Gloria remarquera probablement. En tout cas, c'est le but de Charline.

Cette fois, c'est à moi d'engager je suppose. Je dirais un cinq.

Et puis l'alcool est porté à ses lèvres. Habituée à boire des boissons fades, coupées à l'eau et vendues trois fois trop cher, elle ne s'indigna pas du goût de celle-ci.
Gloria.fechter
L'attention de Gloria chavirait entre les dés et les azurs de la joueuse face à elle. La teinte claire de ses pupilles était d'autant plus mise en valeur par les mèches brunes et le teint finement halé. La Fechter avait de quoi s'y noyer, perdre la face... L'oeillade brillait comme des pierres précieuses et les traits charmeurs s'éclairaient de joie. Une vision qui troublait grandement la blonde.

Et bien, et bien... Pourquoi ne pas commencer par parier la commission de votre escorte ? Si je gagne, vous me protégez gratuitement jusqu'à la frontière. Ce qui équivaut à quelques jours de marche, rien de bien long.
Si vous gagnez, je m'engage à vous payer le double de ce que demanderais une telle escorte, ou bien à vous offrir mes services jusqu'à ce que la dette soit payée. Qu'en dites vous ?


Quelques seconde de réflexion, la mise était alléchante: soit leur trajet se prolongeait de quelques jours ce qui n'était pas pour déplaire à l'aspirante chevalier soit elle gagnait son service et par conséquent son attention le temps de rembourser ses dettes. L'argent ne l'intéressait pas, la Nonne souhaitait uniquement sa personne. D'un hochement de tête, elle approuva le gage et la partie débuta.

Main plaquée sur le godet rempli de dés, ils s'entrechoquèrent dans le contenant avant d'être renversé à l'abri des regards. Un, Trois, Cinq.


Cette fois, c'est à moi d'engager je suppose. Je dirais un cinq.

Le visage de Gloria refléta un instant son interrogation. La logique était la suivante: "Si Charline mise sur le Cinq, c'est qu'elle en a au minimum un de son côté! Et moi, j'en ai tiré un aussi..."

Deux cinq.

Les lippes rosées s'étirèrent d'un fin sourire tandis que les iris de jais se perdaient à nouveau dans les yeux de son interlocutrice.
_________________
Charline_
Le regard de Gloria est soutenu sans sourciller, et un fin sourire s'étira sur les lippes de Charline. Carnassière, elle savoura avec grand plaisir alors que sa proie venait de tomber dans son piège. Aussitôt les fils sont tirés, pour qu'ils se referment sur la pauvre chevalier, afin de la capturer... Assurément, Charline vient de gagner une protection gratuite.

Deux cinq ? C'est faux. Vous mentez.

Le couperet tombe, impitoyable. Charline est sûre, ou presque, de son fait, étant donné qu'elle a elle même menti concernant les cinq. Miser sur trois cinq sans en posséder un seul serait folie, et miser sur deux six sans en posséder un seul serait également très risqué. La voleuse n'a donc pas beaucoup de choix, mais elle n'en a pas besoin. Doucement, sa patte se lève, dévoilant ses propres dés. Sans la quitter des yeux, elle ajoute, d'une voix mielleuse.

Mes excuses ma chère. En réalité, c'est moi qui vous avait menti, je ne possède pas de cinq.

Le gobelet adverse se souleva ensuite, et Charline afficha un sourire triomphant. Evidemment, la victoire est sienne, comme prévu.

Pour encourager son acolyte, Charline afficha alors un sourire plein d'encouragement, et les doigts vinrent effleurer le dos d'une main ganté de la chevalier. La voleuse se fît plus douce, plus charmeuse, comme si elle compatissait à la malchance de Gloria, comme si elle se sentait mal pour elle.


Votre belle étoile semble perdre de sa clarté, mais ce n'est qu'une mauvaise passe, vous savez. La chance, ça va, ça vient. Je suis certaine que vous allez vous refaire.

Je vous propose de miser quelques écus, désormais. Oh bien sûr, pas toute votre fortune. Juste quelques mises abordable afin d'avoir un quelconque enjeu tout en nous amusant.


La soirée se poursuivie ainsi, les écus passant d'une main à l'autre, souvent dans le même sens. Bien entendu, Charline perdait régulièrement une mise, et accusait la malchance d'être responsable des pertes de Gloria, tout en prenant un ton compatissant et en se montrant douce, offrant caresses réconfortantes et sourires gêné.

Parfois, la voleuse se levait, allant prendre de nouvelles commandes au comptoir. Chaque fois, elle feintait de ne pas voir le regard de Gloria qui épousait ses formes.

Elles jouèrent jusqu'à tard dans la nuit, et finirent un brin éméchée. Puis elles s'éloignèrent dans la nuit, bras dessus bras dessous, le butin tintant à la hanche de Charline.
See the RP information
Copyright © JDWorks, Corbeaunoir & Elissa Ka | Update notes | Support us | 2008 - 2022
Special thanks to our amazing translators : Dunpeal (EN, PT), Eriti (IT), Azureus (FI)